6 mois à Aalborg (article pour la Guillo de l’Eii)

Chers collègues Eiiens, à mon tour de partager mon expérience en Erasmus. Conscient que je ne suis ni le premier, ni le dernier à vous parler du fameux programme, je vais vous passer le chapitre classique concernant les raisons pour lesquelles vous devriez vous réjouir de partir. De plus, vous n’avez pas vraiment le choix, pas de cours organisés à l’Eii au second semestre en troisième bachelier.

Pour commencer, je vous situe l’endroit où je suis en train de passer un an : Aalborg, au nord du Danemark, connu pour son akvavit, ses tatoueurs, et son accent rural (bien sûr, on ne s’en rend compte que lorsqu’on essaye de parler avec les locaux). J’y suis depuis début septembre, alors vous résumer un semestre d’expériences plus folles les unes que les autres serait difficile. Je préfère donc m’en tenir à quelques faits qui caractérisent l’étudiant danois, ou le danois en général.AAL20140118-175101-17

Si le Danemark est connu pour son système de sécurité sociale au top, que j’ai eu l’occasion de tester, le pays des vikings va plus loin. Les étudiants reçoivent tous une « bourse » de presque 800 euros par mois pour étudier. Là, vous regrettez probablement de ne pas avoir coché « danois » dans vos langues en première bac, mais cette indemnité est réservée aux danois. Enfin, j’ai quand même droit au docteur gratuit, on ne va pas se plaindre. Sauf peut-être à propos des prix. Que ce soit en sortie ou au supermarché, les prix sont parfois presque doubles comparés à la Belgique.

Vivre dans le Nord du Danemark, c’est devoir faire face à son hiver venteux et sombre. Alors que mes amis en Erasmus en Espagne se plaignent quand il « pleut », je me sens obligé de poster sur Facebook à chaque fois que je vois le soleil. Mais un viking ne se plaint pas, même quand il ne reçoit que 5 heures de clarté par jour, parce que la roue tourne, et apparemment en juin, le soleil se couchera vers 23 heures. Vivement l’été !

Un des points forts de l’université d’Aalborg est son modèle PBL (Problem Based Learning). Pour ceux qui comme moi en début d’année pensaient que le PBL est un médoc, je vous explique rapidement. Pour faire simple, on vous donne un projet à construire tout au long du semestre, et qui compte pour un nombre incroyable d’ECTS. Ne dites pas à mes collègues en Erasmus que j’ai à peu près 8heures de cours par semaine ! Si je peux vous donner un conseil pour l’Erasmus, essayez-vous à des cours en rapport avec votre formation de traducteur, mais qui diffèrent de ce que vous recevrez à l’Eii. Au premier semestre, j’ai eu l’occasion de prendre des cours axés sur les relations internationales par exemple.

Mais vivre au Danemark, c’est aussi vivre de manière verte et saine. Tout le monde ici a un vélo, et à toute heure du jour et de la nuit, vous risquez de rencontrer des joggers. Le Danemark est aussi le pays le plus paisible au monde, et quelle que soit l’heure à laquelle vous rentrez de fête, vous vous sentez toujours en sécurité. Loin de nos villes surpolluées, le Danemark trouve des solutions vertes à tous les problèmes citadins. A Aalborg, la tendance est à la transformation de vieux bâtiments en chefs d’œuvre d’architecture moderne. Utzon, l’architecte derrière l’opéra de Sydney n’est pas né à Aalborg pour rien.

Enfin, il y a tous ces petits détails qui font le charme de l’université ; une prise pour chaque étudiant dans la plupart des auditoires, une bibliothèque ouverte 24/7, des pompes à vélo électriques  sur le campus. On voit bien que beaucoup de ressources sont allouées à l’éducation des jeunes danois. Belgique, prends-en bonne note ?

Coucher de soleil sur mon quartier.

Tagged , , , , , ,

5 things I learned about Northern Denmark.

Dear readers,

After a whole semester in Aalborg, here are some observations I made about Denmark, presented in a humorous way, through my Belgian eyes. These curious acknowledgements are written with all my fascination for the land of Vikings.

1) Christmas is an obsession for the average Dane. Obsession, not as in “Christmas is my favorite time of the year”, more like “let’s start preparing it on the 1st of November”. It all starts with J-dag, when the Christmas beer arrives in town, and ends after the “third day of Christmas”. That is right, the third day. As daylight decreases, the Danes fill their streets, shops, houses, with Christmas lights, decorations. A bit like where I come from, but times 5 in size. “julefrokost” is also not your typical Christmas dinner. It involves more warm wine, meat, schnaps than a normal human can take. It’s like having Thanksgiving dinner every week, with every social group you are part of.

2) Danish people could all be models. Alright, I know about the theory that people always look better abroad, but seriously Denmark, you make me feel like a hobo. Danish people can wear a bag, and still look stylish. But even under that, walking in the city center is like going through a 3D version of the last H&M magazine. A Danish friend told me it’s because the vikings abducted every pretty girl in Europe… Fair enough.

3) If the Dane is not racist, he is proud of his country. Danish people love their country, and they like to talk about how great they are, and put their “Dannebrog” (their flag that was given to them by God Himself, good job on the humility) everywhere, most of all on birthday cakes. Personal tip if you are coming to Denmark: When asked why you chose Denmark, don’t mention “free healthcare”. It will piss them off (by the way, healthcare is amazing here, no doubt about that!).

4) Bikes, bikes everywhere. The government being all keen on big taxes on cars, the average Dane has a bike. He also has papers for his bike, and an insurance on it, because bike theft looks like the highest felony in Viking land. You might only want to encourage this green and healthy behavior, until you have tried biking against Northern Jutland’s wind, always conveniently blowing against you. However, the locals have no difficulty keeping their style together when biking in the pouring rain, the cold winds and the snow, unlike the poor foreigners losing dignity as soon as the roads are wet. Stay classy, Aalborg!

5) Seriously, that expensive? It is no secret that Denmark and its Scandinavian neighbors are quite tough on the wallet. One could wonder how so many Danes can afford studying that long, when you have to pay as much for food, transportation, etc. But the Danish student is not broke, he gets paid by the state up to 650 euros a month to study. Yes, you read it well. Where my Erasmus scholarship is barely enough for me to pay 2 sandwiches and a beer, Danish citizens get paid to get educated. Where do I sign to become Danish?

Tagged , , , , , , , , , , ,

Bosser en Erasmus? la méthode PBL à Aalborg

Hej ven!

L’Erasmus n’est pas connu pour sa charge de travail, tout le monde sait ça. Je ne connais personne qui y part dans l’intention de travailler comme une mule. Je m’attendais à une charge de travail moins importante, mais pas à si peu de boulot.

Aalborg fonctionne sur le modèle du “Problem Based Learning”, en gros chaque semestre se finit par un projet qui vaut pour 10 ECTS (si vous ne savez pas ce que c’est, vous avez quitté les bancs de l’unif il y a loooooongtemps). Dans mon cas, la plupart de mes cours sont évalués sur la base de ma présence en classe, et 80% vous fait passer le cours. Pour le reste des cours, j’avais une dissertation à rendre, et 15 jours pour la faire. On est bien loin de l’ambiance EII, et du mode “je n’ai besoin que de 4 heures de sommeil de toute façon”.

Le bâtiment principal pour les cours.

Le bâtiment principal pour les cours.

Si le semestre a commencé très calmement, me laissant du temps pour… tout le reste, récemment il a fallu s’y mettre. Meetings quotidiens, boulot à la bibliothèque toute la journée, ce projet d’une grosse quarantaine de pages remplit bien mes journées. Pas de quoi me plaindre, et je sens venir les commentaires amers de mes collègues Eiiens restés pour un semestre.

La morale de ce petit article? Profitez bien de votre Erasmus, expérimentez la culture locale, construisez des amitiés, et amusez-vous, parce que ça passe à une allure folle!

Tagged , , , , , , , ,

Un weekend à Budapest

Hej Ven!

La vie d’Erasmus est faite de voyages, et pas seulement parce qu’on a très peu cours au Danemark. Tout a commencé lorsqu’on a décidé de partir à Berlin. Oui oui, Berlin, pas Budapest. Puis on a vu les prix, et la promotion Ryanair , et on s’est lancé dans l’aventure hongroise. Retour au pays d’origine pour moi puisqu’une de mes grand-mères est hongroise.

 

Arrivée à l’auberge de jeunesse N’joy, on se rend compte que cela ne coûtera que 25 euros pour trois nuits, petit déjeuner compris. Une auberge que je recommande vivement, elle est dans le centre-ville, mais protégée de la route par plusieurs portails. 

Très moderne et orientée jeune, on a pu signer les murs en partant (si vous y passez, n’hésitez pas à me faire signe).Après un voyage jusqu’à l’aéroport qui nous aura coûté plus que le billet d’avion (classique Ryanair), nous voilà partis pour la Hongrie. A l’arrivée, prise de conscience: 1 euro vaut 300 forints Hongrois, il va falloir tout diviser par 300. Tout semble bon marché, un changement bienvenu après les prix exorbitants du Danemark.


Quelques éléments à ne pas rater si vous voulez vous y rendre:
Budapest est une ville encore marquée par le communisme. Si Starbucks, Burger King et Tesco fleurissent un peu partout dans la capitale, il reste les vieux camions, le métro, et les statues d’antan. Partir dans les pays de l’Est peut sembler un peu apeurant, mais nous nous sentions en sécurité tout le voyage. Un bon break juste avant de se reconcentrer sur le projet de fin de semestre.

Les rives du Danube au soir.

Les rives du Danube au soir.

  • Le “Chain Bridge” la nuit est illuminé et parfait pour une ballade nocturne. Après avoir affronté le froid, goûtez au traditionnel vin chaud “svařené víno”.
  • Monter au Parlement/palais vous donnera une superbe vue sur la ville, et vous permettra de découvrir la partie historique du centre-ville.
  • Il y a un quartier réservé aux bars, pas besoin de s’aventurer loin pour trouver des prix très raisonnables.
  • Mangez au “Café bali”. Nous avons eu droit à des plats traditionnels hongrois pour moins de 10 euros.
  • Je ne l’ai pas personnellement testé, mais Budapest est connu pour ses bains publics et spas. Mes amis en étaient très satisfaits.
  • Une ballade dans le Parc des Héros est nécessaire pour se rendre compte de la vieille gloire de la capitale hongroise.

Vous hésitez encore à visiter Budapest? J’ai visité beaucoup de capitales européennes, et celle-ci est dans mon top 5, sans hésitation! voici un lien vers les quelques photos prises sur place

Tagged , , , , , , ,

J’ai testé pour vous… le système de sécurité sociale danois.

Hej alle!

Une blessure au genou la semaine passée m’a forcé à consulter un docteur au Danemark. Si vous connaissez un peu la Scandinavie, vous savez combien le Danemark est réputé pour sa sécurité sociale en or, et ses soins gratuits.

Le système danois fonctionne différemment du nôtre, en plusieurs points. Premièrement, vous devez vous enregistrer, et vous recevez une “gul kort” (carte jaune), avec un médecin ou un groupe de médecins. Vous ne choisissez donc pas votre médecin, à moins d’avoir une assurance privée “à l’américaine” (et donc très chère).

Au début, j’avais du mal à comprendre comment on obtenait une consultation, sachant que chaque fois que j’appelais, une voix en danois me lançait pleins de numéros de téléphone à l’oreille (on croit parler danois, jusqu’à ce qu’on en ait un au téléphone). J’ai donc décidé de chercher l’adresse et de m’y rendre.

Premier constat, le centre de santé est en plein milieu de ce que les locaux appellent le “ghetto”. Dit comme ça, c’est impressionnant, mais le Danemark ne sait apparemment pas ce que HLM veut dire.

Le fameux centre “ghetto”. On en rêve en Belgique!

A l’arrivée, un centre de santé digne de nos hôpitaux privés. Pas besoin de prendre rendez-vous, il suffit de passer la carte dans la machine. On attend une vingtaine de minutes, et un docteur vient vous chercher. Dans mon cas, ils ont appelé un kiné en plus, pour vérifier que tout est bien en place. Très professionnel et amical!

A la sortie, on ne paye rien, évidemment. Je dois dire que je n’étais pas très chaud au début, de me rendre chez le docteur, mais après cette bonne expérience, je sais que le Danemark prendra bien soin de moi… et le tout gratuitement.

Enfin, pour ceux qui veulent des infos concernant mon genou, pas de lésions, les douleurs devraient disparaître d’ici une semaine!

Tagged , , , , , , , , , , , , ,

Visiter Copenhague en automne

A l’occasion du “congé patates” (même pas une blague!), nous avons décidé de partir sur Copenhague. Si vous n’avez jamais visité le Danemark, vous pourriez penser que c’est comme prendre le train pour aller à Ostende. Détrompez-vous, chaque voyage en Scandinavie est une aventure! Récit d’un long weekend en pleine semaine.

Coucher de soleil sur la baltique, depuis le ferry.

Coucher de soleil sur la baltique, depuis le ferry.

Tout commence par 6 heures de bus, dont presque 2 sur un ferry. Hé oui, fini de traverser le pays en 2 heures. Heureusement pour nous, le car était presque vide. A l’arrivée, une heure de marche jusqu’à l’auberge de jeunesse, car un vrai voyage ne se fait pas sans un peu d’improvisation. L’occasion de voir combien la capitale danoise est vaste, et surtout, plus besoin de ressortir après pour une balade du soir.

Le lendemain, le groupe s’est dirigé vers les points à voir de Copenhague. J’avais déjà visité la ville deux fois, mais jamais en automne, et les nombreux parcs sont superbes à voir. Après la traditionnelle réaction devant la très petite sirène, nous nous sommes dirigés vers le palais royal, etc. Je ne vais pas vous faire une liste des points à voir, mais plutôt vous parler de petites trouvailles, celles dont les guides ne parlent (probablement) pas.

  • En automne, il fait déjà frais et une bonne soupe n’est pas de refus. Cherchez la petite échoppe sous les arcades près de “Trinity Church”. Une des meilleures soupes de ma vie (rien ne remplace celle de mamy).
  • Les livres danois sont très chers, à moins que vous trouviez une des nombreuses librairies de seconde main. Et hop, deux dictionnaires pour 10kr (1,5€).
  • Perdez-vous dans la ville, il y a des trésors cachés dans chaque rue.
  • Manger dans un resto peut vous coûter très cher, capitale oblige. Essayez de trouver des petits “restos” en sous-sol. Visibles depuis la rue, ils sont très variés et souvent délicieux.
  • Christiania, pourquoi pas?
  • La Suède n’est qu’à un pont de Copenhague, et votre ticket de train vous autorise parfois à prendre le ferry. Mettez un pied en Suède, ça vaut la peine.
  • Les prix dans les bars doublent à minuit, alors sortir, oui, mais plus tôt.

En résumé, un très bon weekend, avec un groupe d’amis qui se forme et grandit. La Scandinavie ne cesse de nous émerveiller!

Voici quelques photos que j’ai prises sur place. ICI 

DSC_0414

Tagged , , , , , , , , ,

Rio, nous voilà! (ou comment supporter son équipe nationale à l’étranger)

Je ne l’apprends à aucun belge, hier nos Diables rouges se sont qualifiés pour la Coupe du Monde 2014. Je vous passe le speech sur le fait qu’on n’a plus eu ça depuis 12 ans, et qu’on va revenir de Rio avec un trophée dans la valise, vous le savez déjà.

En tant que pur fan de notre équipe nationale, je ne pouvais pas manquer cette soirée décisive. Mais supporter son équipe nationale en tant qu’expat’ n’a rien à voir avec le traditionnel “allons au café regarder le match, une fois”.

Premier défi, trouver le match en ligne. Heureusement, on a tous un ami qui vous donne 17 liens pour voir le match, ou 17 amis qui vous donnent un lien. Reste à faire le tri, entre les télévisions dans des langues inconnues, les retransmissions au ralenti, etc…

Ensuite, trouver des gens pour le regarder en groupe. Un match, ça se vit en communauté, et c’est beaucoup plus drôle au cas où (ô rage, ô désespoir) il ne se passe rien. Deux options s’offrent à vous, si vous n’êtes pas entourés de compatriotes: Trouver des gens qui ne connaissent rien au football (ça existe?), ou des mordus de foot, genre britanniques qui regardent un match parce que la moitié de notre équipe nationale joue en Premier League. J’ai choisi la deuxième option.

En fin de match, il faut célébrer la victoire. Et là vient le plus dur. Cacher son maillot pour aller au bar (parce que le Danemark n’a pas gagné!), vouloir crier dans la rue “Et viva Rio”, et parler de notre brillante victoire à des gens qui n’en ont rien à faire. En rentrant, voir les scènes de foule en liesse partout en Belgique, etc.

En résumé, une de ces soirées où malgré que j’aime le Danemark, et que je suis super content d’y passer un an, ma terre natale en mode Noir Jaune Rouge me manque. Mais le principal… est qu’on va à RIO! GO BELGIUM!

Portez fièrement les couleurs!

Portez fièrement les couleurs!

Tagged , , , , , , , , , , , , , ,

UNIRUN13

Vendredi dernier avait lieu le traditionnel “UNIRUN” à l’université.

Le concept est simple: Une course réservée aux étudiants et professeurs de l’université. Voir ses profs courir peut sembler marrant, jusqu’au moment où ils vous sourient en vous dépassant (De manière générale, l’expérience la plus traumatisante de mon échange au Danemark).

A l'arrivée!

A l’arrivée!

Unirun, c’est aussi l’occasion de se rendre compte du niveau de forme des danois. Plus de 500 personnes ont pris le départ des 5 et 10 km, dans une ambiance festive et sportive, et ils savaient courir! Loin du folklore de certains joggings en Belgique, tout le monde suivait les échauffements, et se préparait comme pour un marathon.

Cette course au niveau “local” ferait rougir d’envie certaines courses de par chez nous. T-shirts, musique, un vrai sachet de goodies, le ravitaillement de fin avec assez de fruits pour tout le monde, des stands en abondance, et un parcours tracé autour du campus (5KM). Le tout sous un temps frais et ensoleillé de fin d’été scandinave. Si vous êtes à Aalborg l’an prochain, pas d’excuses, vous devez participer à UNIRUN14.

Des étudiants internationaux en pleine forme!

Des étudiants internationaux en pleine forme!

Tagged , , , , , , , , , , ,

Pourquoi pas un petit weekend à Göteborg?

Que faire de ces longs weekends qui caractérisent la vie des étudiants Erasmus (hum!) ?

Voyager! Avec d’autres étudiants internationaux, nous avons donc décidé de commencer par la destination la plus proche: Gothenburg! (ou Göteborg pour les puristes, ils se reconnaîtront à l’Eii)

Image

Plein soleil sur la Baltique: Arrivée à Göteborg

Depuis Frederikshavn, c’est seulement 3 heures de ferry, avec un temps superbe, et un bateau dont la moitié est consacrée aux machines à sous.

Arrivée fin de journée en Suède et étonnement général des étudiants américains; Pas de contrôle frontière. Bienvenue en Europe! Après s’être installé dans une auberge de jeunesse aux lits XXL, nous sommes partis dans le district étudiant pour boire un verre. Un verre, vraiment. Parce qu’au vu des prix, j’aurais dû mettre une hypothèque sur le kot pour payer un second.

Le lendemain, visite de la ville, de son charmant port de plaisance, de ses vieux quartiers. L’opéra vaut le détour, tout comme les différents parcs et canaux. Göteborg, comme beaucoup de villes scandinaves, réussit à associer vieilles bâtisses et nouveaux bâtiments au design jeune. Le temps était à nouveau sec, et on a pu profiter de la ville à fond.

Voici quelques photos pour illustrer mes propos! (ici)

Le troisième jour s’est passé sous la pluie, et tout de suite, c’est un peu moins drôle. Si vous comptez passer par Gothenburg, n’hésitez pas. Mais je pense qu’un weekend est suffisant pour en faire le tour.

Quelques faits intéressants:

  • J’ai compté plus d’une dizaine de MCdo’s et 5 Burger King dans le centre. Et on dit que les Suédois mangent sain…
  • Le Suédois, c’est de la petite bière quand on parle un peu danois.
  • Où que j’aille dans les pays scandinaves, j’ai l’air d’un autochtone. On m’adressait en suédois tout le temps. C’est raté pour le charme exotique. “Men jag talar franska”

Tagged , , , , , , , , , ,

Petite visite amicale

Hej tout le monde,

Cette semaine, j’ai eu ma première visite. 5 très bons amis qui débarquent, au début ça fait peur, et pas seulement à cause de leur mode zombie-on-a-roulé-de-nuit. Tout à coup, mon kot semblait envahi, mais après quelques heures d’adaptation, l’ambiance s’est relaxée.

Pause Hotdog à 5kr chez IKEA

Pause Hotdog à 5kr chez IKEA

Le premier jour, on l’a passé entre IKEA, le kot, et la préparation d’une petite fête belge. Deuxième jour, visite d’Aalborg, de ses environs, etc. Mercredi, j’avais cours (premier cours de la semaine!) et ils sont partis de leur côté.

Même si vivre en groupe apporte son lot de tensions, cette visite m’a fait énormément plaisir, et pas seulement parce qu’ils apportaient des bières spéciales (petite blague de belge). Je dois dire que quand on a commencé à parler d’une visite, je pensais que c’était juste l’émotion du départ. mais 15 jours plus tard, toute la troupe débarquait! Un tout grand merci pour ce long weekend!

1267643_10201808304151388_2041150919_o

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 1,114 other followers